un lecteur parle de Manhattan Marilyn

Partez déambuler dans les rues de New-York en compagnie d’un excellent guide, Philippe Laguerre, qui saura vous charmer et vous enchanter en vous montrant les coins et les recoins d’une ville à nulle autre pareille et vous raconter une histoire trépidante, sans temps mort, sans fausse note, réussissant à mixer généreusement Histoire, théorie du complot, sociétés secrètes, personnages bien campés, différents et complémentaires et le tout de façon simple et efficace.

Une excellente lecture estivale que je recommande sans hésitation ! :)

Bonne lecture !
Activer la barre

Bertrand Campeis

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

yozone parle de Manhattan Marilyn

Cliquez ici pour aller sur la Yozone

Manhattan Marilyn
Philippe Laguerre
Éditions Critic, Thriller, roman (France), Thriller, 340 pages, mai 2016, 19€

De retour d’Irak, l’ex-Marine Kristin Arroyo participe au mouvement Occupons Wall Street. Aux côtés des sans-abris, des chômeurs… elle manifeste contre le capitalisme aux effets ravageurs. Le photographe Nathan Stewart la prend pour modèle et désire faire une exposition sur OWS où elle occuperait le devant de la scène.
Elle accepte et de fil en aiguille lui parle de son grand-père qui était également photographe. Elle lui montre un ensemble de clichés retrouvés à son décès, dont certains s’avérant des inédits de Marilyn Monroe. Nathan s’en sert pour donner plus de force à son expo en faisant un parallèle entre la star disparue et Kristin.
C’est le début de l’engrenage…

Plus connu sous le pseudo de Ward, Philippe Laguerre est tombé sous le charme de New-York, ville déjà mise en scène dans l’art-book « Manhattan Ghost » pour lequel il a écrit le texte, son fils Mickael Laguerre s’occupant des photos.
De plus, la maison d’édition Rivière Blanche dont il s’occupe a sorti une première anthologie consacrée à la ville : « Dimension New-York 1 ».

« Manhattan Marilyn » débute par le mythe Marilyn Monroe avec son apparition au Madison Square Garden et son fameux “Happy Birthday to you” adressé au président John Fitzgerald Kennedy et qui a fait exploser le public. Peu après, elle est morte dans des conditions mystérieuses. Suicide par prise excessive de médicaments ?
Philippe Laguerre s’engouffre dans cette affaire qui fascine toujours pour construire un thriller redoutable. Dès le début, il alimente la curiosité des lecteurs quand, après une nuit torride dans une chambre d’hôtel, JFK fait une confidence à Marilyn. Cette dernière comprend que ses jours sont comptés et qu’il lui faut prendre les devants, car une fois que le président se sera rendu compte de sa bévue, il lâchera ses séides à ses basques. Quel secret lui a-t-il chuchoté ? Habilement, l’auteur se garde bien de le partager dans les premières pages.

À l’image de Nathan Stewart qui veut concilier l’icône Marilyn et Kristin, rejetée depuis son retour d’Irak, Philippe Laguerre place au centre du récit Kristin Arroyo avec en arrière plan le mystère Marilyn Monroe. Est-elle toujours vivante ? Et si oui, qu’entraînerait cette révélation ? Les protagonistes le découvrent rapidement à leurs dépens. Il ne fait pas bon remuer le passé…
L’auteur apprécie les opposés, allant bien plus loin que ce parallèle entre les deux femmes. Contre toute attente, Kristin va tomber sous le charme d’un homme qui a réussi dans la vie. Milliardaire, il figure dans les rangs des capitalistes que le mouvement OWS dénonce. De même, les forces réveillées par les clichés inédits de Marilyn ne sont pas de même nature et leurs visées bien différentes, même si les méthodes s’avèrent semblables.

La société américaine n’est pas épargnée. La situation des soldats revenant au pays est dénoncée. Fêtés à leur départ, ils sont abandonnés à leur retour, souvent obligés de mendier pour survivre. Le mouvement Occupons Wall Street parle aussi de tous les laissés-pour-compte de l’Amérique. Et que dire des agences toutes-puissantes et de leurs secrets inavouables à protéger à tout prix ? Et finalement qui tient les rênes, qui tire les ficelles ?
La théorie du complot est omniprésente dans « Manhattan Marilyn », elle sert de moteur à l’intrigue. Le présent est rattrapé par le passé et cela revient à jeter de l’huile sur le feu. De nombreux morts jalonnent la route de Kristin, aidée par son expérience militaire (science du combat, connaissances…). Les indices pour bien comprendre les tenants et aboutissants de l’affaire sont livrés avec parcimonie, alimentant sans cesse l’intérêt. Le roman s’avère passionnant, les pages défilent d’autant mieux que les chapitres sont courts.

Avec « Manhattan Marilyn », Philippe Laguerre se révèle parfaitement à l’aise, le sujet et les lieux l’inspirent, cela s’en ressent à la lecture. La présence en arrière plan de Marilyn Monroe habille ce roman, celle de Kristin Arroyo l’habite. La construction autour de la star et d’une inconnue est un pari gagnant. Bien sûr, mettre en avant la théorie du complot s’avère toujours un bon plan pour attirer le public.
Sans en faire de trop ni s’étaler outre mesure, Philippe Laguerre signe un thriller fascinant et des plus recommandables.
Que ce soit sous Ward ou Laguerre, lire cet auteur offre toujours de bons moments de lecture.

Titre : Manhattan Marilyn
Auteurs : Philippe Laguerre
Illustration : Shutterstock
Éditeur : Éditions Critic
Collection : Thriller
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 340
Format (en cm) : 19,8 x 13
Dépôt légal : mai 2016
ISBN : 979-10-90648-56-2
Prix : 19 €

Romans publiés sous le nom de Philippe Ward chroniqués sur la Yozone :
– « Danse avec le taureau »
– « Artahe »
– « Lasser, Détective des Dieux, tome 1 : Un Privé sur le Nil » (en collaboration avec Sylvie Miller)
– « La Fontaine de jouvence »
– « Saga de Xavi El Valent (la), tome 1 : Le Glaive de Justice » (en collaboration avec François Darnaudet et Gildas Girodeau)

Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen@yozone.fr

François Schnebelen
7 août 2016

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

New York: la sphère des tours jumelles va revenir

Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 22/07/2016 à 08:05 Publié le 22/07/2016 à 07:59

La sculpture « The Sphere » de l’artiste allemand Fritz Koenig, qui se trouvait aux pieds des tours jumelles avant l’attentat du 11 septembre 2001, va être réinstallée sur le site du World Trade Center, dans un jardin récemment inauguré.

Inaugurée en 1971, avant même les tours jumelles (1973), cette oeuvre de plus de sept mètres de haut n’avait été que partiellement endommagée lors de l’effondrement des « Twin Towers ».

The #SpherePlazaFountain to return to the site #WorldTradeCenter #NYC https://t.co/A4YAXLkmTg pic.twitter.com/2IoIGy9nKi
— News Hour (@newshourbd) 22 juillet 2016

Enlevée du site, elle a ensuite connu plusieurs résidences avant d’être placée à Battery Park, le jardin situé à l’extrême sud de l’île de Manhattan.

L’autorité des transports reliant New York au New Jersey (Port Authority) a annoncé hier qu’elle allait être installée dans le Liberty Park, un nouveau jardin surélevé situé dans la partie sud-ouest du site du World Trade Center et qui a été inauguré le 29 juin.

Il avait été question de la remettre à la position exacte qu’elle occupait avant l’attentat, mais Port Authority, qui est propriétaire du site, a décidé que cela n’aurait pas convenu à la configuration du mémorial situé sur l’emplacement des tours jumelles.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Une grue s’écroule sur un pont traversant le fleuve Hudson

Une grue s’est effondrée aujourd’hui sur un pont traversant le fleuve Hudson au nord de New York, le Tappan Zee Bridge, a indiqué la police de l’Etat, sans mentionner de blessés.

La circulation a été totalement coupée dans les deux sens, a-t-on précisé de même source.
Selon les images diffusées sur les réseaux sociaux, la grue faisait partie du chantier du nouveau pont qui doit remplacer, une fois achevé, le Tappan Zee Bridge. Le projet doit être terminé en 2018, selon le site de Fluor Enterprises, l’un des membres du consortium chargé de sa réalisation.

Le pont actuel, ouvert à la circulation en 1955, avait été conçu pour accueillir jusqu’à 100.000 véhicules par jour, mais il en passe aujourd’hui environ 138.000.
Parmi eux, des poids lourds aux dimensions supérieures à celles des camions qui circulaient à l’époque de l’inauguration du pont.

Des études d’ingénieurs ont montré que l’ouvrage, long de quasiment 5 km (4,88), se détériorait à un rythme inquiétant, ce qui a poussé les autorités à lancer le chantier d’un nouveau pont

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Une nouvelle critique de Manhattan Marilyn

Pour aller sur le site

Manhattan Marilyn, de Philippe Laguerre

Critique de ninik

Philippe Ward est le directeur de collection des passionnantes éditions Rivière Blanche, qui livrent régulièrement nombre de romans et recueils de nouvelles fascinants. Mais c’est aussi un auteur, qui a récemment écrit Manhattan Ghost (avec son fils) et Danse avec le taureau, thriller intéressant tourné autour des corridas, dont le seul véritable reproche était d’être diablement trop court. Il publie aujourd’hui Manhattan Marilyn sous son véritable nom, Philippe Laguerre, thriller très intéressant qui s’inscrit clairement dans son univers littéraire.
Philippe Laguerre aime Manhattan, où il situe l’action de son histoire, tout comme dans son roman Manhattan Ghost, mais il a aussi aidé à publier un recueil de nouvelles chez Rivière Blanche, Dimension New-York, preuve que cette ville l’intéresse au plus haut point. Cela se ressent d’ailleurs (et par extension son intérêt pour les États-Unis) grâce à sa description de l’Amérique actuelle, le récit se plaçant en pleine manifestation pour protester contre la main-mise des riches et lobbys divers sur la société. La première fois que nous découvrons l’héroïne, d’ailleurs, elle scande violemment « nous sommes les 99% ». Philippe Laguerre parvient très bien à faire ressentir cette tension si actuelle (il suffit de voir la situation en France, en Belgique et partout ailleurs) mais nous plonge aussi dans la situation des soldats délaissés après leur retour du front, l’héroïne du roman étant une ancienne militaire, et elle rencontrera, lors de l’histoire, nombre de ses compatriotes, qui ont eu encore moins de chance qu’elle et ont fini sans domicile fixe.
Mais le récit tourne aussi autour de Marilyn Monroe, symbole fascinant qu’il arrive à rendre inoubliable lors de l’introduction la mettant en scène, ainsi que son célèbre « Happy Birthday, mister president ».
La plume de Philippe Laguerre est superbe, agréable et, à travers des chapitres courts, déploie une intrigue certes classique, mais à l’ambiance délicieuse, autour duquel tourne l’amour de la photographie (le grand-père de l’héroïne était photographe, et les photos de Marilyn Monroe qu’elle trouve chez elle sont au cœur de toute l’histoire) déjà présent dans Manhattan Ghost, mais aussi la musique. Déjà dans Danse avec le taureau, Philippe Laguerre jouait avec la musique traditionnelle pour créer son ambiance, et ici, à travers quelques chansons latino (notre soldat est métissée), l’auteur utilise la musique pour poser le cadre.
En dehors de cela, la construction est très classique. Nous avons un complot mystérieux visant à tuer l’héroïne, après qu’en se liant d’amitié avec un photographe, de surprenantes photos de Marilyn Monroe sont révélées. Poursuivie mais aidée par un milliardaire et quelques sans-abri, elle veut comprendre qui est derrière tout ça et pourquoi, et venger le photographe, assassiné.
L’histoire est plaisante, même si, quand les tenants et aboutissants commencent à être révélés, il est aisé d’anticiper la résolution. De plus, la dureté de la vie des sans-abri n’est pas assez présente. L’auteur s’attache en effet à décrire comment les soldats sont abandonnés par la société et finissent sans-abri, mais le lecteur ne ressent pas assez leur désespoir à ce stade, mais plutôt auparavant, comme si le fait que la société les ignore soit plus grave que de vivre dans la rue.
Manhattan Marilyn est un thriller très agréable, qui se lit vite. Les personnages sont certes un peu trop caricaturaux, mais les héros sont attachants, et il est facile de se plonger dans l’univers mis en scène et de se laisser porter sur la conclusion de ce sympathique complot.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

une autre critique de Manhattan Marilyn

cliquez ici pour aller sur le blog On ne présente plus Philippe Laguerre aka Philippe Ward, l’une des têtes de la Rivière Blanche bicéphale. Mais Philippe, en plus d’être l’un de ceux qui valorisent notre patrimoine littéraire et donnent leur chance à de jeunes auteurs, est également un brillant écrivain. Artahe, Le Chant de Montségur mais aussi la série centrée sur le détective Lasser, co-écrite avec Sylvie Miller, comportant pour l’instant 4 titres, édités chez Critic, figurent parmi ses œuvres.

Passionné par le fantastique, l’écrivain sait aussi écrire du polar, comme en témoigne la sortie récente de Danse avec le taureau, chez Wartberg ainsi que du trash, avec le superbe Magie Rouge, sorti chez les petits champions de Trash Editions.

Avec Manhattan Marilyn, Philippe Ward abandonne son nom de plume. On sent, on devine que le sujet lui tient à cœur. Et de sujets, il y en a en fait deux. Il y a d’abord Marilyn Monroe mais il y a surtout New York City.

Cette ville, elle a passionné l’auteur. Il lui a consacré un livre illustré par les photos de son fils, une très volumineuse anthologie chez Rivière Blanche en plusieurs tomes et il se lit, ici et là, qu’il y fait un voyage chaque année, un pèlerinage dans la ville qui ne dort jamais.

Dans le bouquin, on sent tout l’amour et le respect que l’auteur a pour la ville. Mais n’allez pas croire pour autant que Manhattan Marilyn est un guide touristique. Ah non. L’auteur évite cet écueil. C’est un pur thriller moderne comme a déjà pu en publier Critic. C’est à dire un polar qui s’empare d’une figure mythique et construit autour d’icelle une intrigue pleine des secrets d’une histoire occulte, presque alternative. C’était déjà le cas avec Goodbye Billy, de Laurent Whale, centré sur Billy The Kid.

Ici, donc, c’est Marilyn. Marilyn dont Kristin Arroyo, ancienne soldate US et à présent militante altermondialiste, retrouve des vieux clichés dans les affaires de son photographe de père. Marilyn à NYC. Voilà de quoi faire une belle expo, n’est-ce pas. C’est sans compter le fait que quelques petits malins repèrent un bien étrange détail, qui vient chambouler une chronologie certes bien établie mais fragile.

Et si… Et si Marilyn n’était morte en 1962 ?
Le prologue nous laisse d’ailleurs entendre que la belle a plus d’un tour dans son sac…

Arroyo va mettre à jour une machination terrible, liée aux Kennedys, au FBI, au complexe militaro-industriel… Mais je n’en dis pas plus. Pour découvrir le fin mot de l’histoire, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Manhattan Marilyn est un roman dynamique, documenté et construit autour d’une intrigue distrayante, qui s’appuie sur des personnages sympathiques, bien typés, mis en scène avec élégance. On découvre notamment que dans la terre des opportunités, les vétérans des batailles irakiennes n’ont rien à envier à leurs aïeuls du Vietnam. C’est sans temps mort, bourré d’action, on sent vibrer la ville et vivre ces USA modernes, obamaniens, actuels, avec toutes leurs contradictions.

On pourrait presque rajouter un troisième amour, après l’actrice et la ville de NYC, c’est celui du roman populaire, du mauvais genre, dans lequel Philippe Laguerre s’amuse, on sent le plaisir de l’écriture, communicatif.

Et le roman se termine sur une possible suite, embarquant les personnages principaux sur une probable toute nouvelle affaire, qui, cette fois-ci encore, aura lieu sur des terres familières à l’auteur. On devine là que Critic tient, à la manière des Rats de Poussière de Laurent Whale, un nouveau groupe d’enquêteurs qu’on aura plaisir à retrouver d’une affaire à l’autre.

Vous l’aurez compris, c’est une lecture estivale idéale.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

un roman sur New York

Pour tout savoir sur Manhattan Marilyn cliquez ici

« Manhattan Marilyn », le thriller du plus new-yorkais des écrivains Ariégeois
Laurence Guerrey
By Laurence Guerrey
Posted on 15 juillet 2016

Auteur – éditeur ariégeois de coeur, Philippe Laguerre-Ward est né le 13 juillet 1958 à Bordeaux, il débarque en Ariège début août 1958 dans le village familial de Gourbit. Pendant une vingtaine d’années, il effectuera les trajets Bordeaux (où il vit) – Ariège (où il passe toutes les vacances scolaires à chercher le trésor des cathares dans les grottes et les châteaux ariégeois) avant de s’installer définitivement à Pamiers en 1982.

marilyn2Ecrivain et éditeur par passion, il dévore les livres, il en possède plus de 10 000 et il les a quasiment tous lu. De Oui-Oui au Clan des 7 en passant par le Club des 5, le virus l’a pris dès son plus jeune âge et ne l’a plus lâché. Mais Philippe est fan d’un genre particulier qu’il appelle « les mauvais genres » et qui se situent dans le domaine de l’imaginaire (Science-fiction, fantastique, polar, fantasy ….).

Il décide d’écrire il y a une trentaine d’années, le jour où, déçu par un roman, il se dit qu’il pourrait faire mieux et se lance dans l’écriture de son premier ouvrage, « Artahe » l’histoire d’un Dieu Ours dans les Pyrénées. Cela lui prendra 10 ans.

Avec une quinzaine de nouvelles, un recueil Noir Duo (Rivière Blanche) et un roman (le chant de Montségur) sur le trésor des cathares écrit en collaboration avec Sylvie Miller, Philippe Ward est l’un des rares écrivains de l’imaginaire français.

Aujourd’hui, et sous son vrai nom, Philippe Laguerre nous livre un thriller sur deux grands mythes américains : Manhattan et Marilyn.

C’est suite à un voyage à New York, dont il tombe fou amoureux, que l’envie le prend d’écrire sur la ville qui ne dort jamais, ou plutôt « la ville qui vit tout le temps » comme il préfère la décrire. Depuis 2010 il y retourne chaque année. En 2011 il tombe sur un livre « Une blonde à New York » avec des photos de Marilyn qu’il trouve superbes. Philippe a trouvé son idée, « Manhattan Marilyn » un thriller qui bouge aussi vite que New York.

Résumé :

Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

Manhattan Marilyn
Philippe Laguerre Paru le 20 mai 2016
Roman (broché)

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather